Préparation a la conférence de Rio

Beaucoup pensent que nous nous trouvons en un moment critique de l’évolution. La crise sociale, l’ économie et le milieu naturel exigent une réflexion nouvelle sur la situation actuelle afin de trouver des modèles efficaces pour promouvoir la responsabilité des uns vers les autres, pour élargir l’espace vitale des générations futures sur notre planète. N’oublions pas que l’économie humaine doit vivre au sein de l’économie de la nature et doit la respecter. Pour survivre, l’humanité dépend de tous les écosystèmes de la nature. Ce qui englobe aussi le modèle économique global prédominant. Actuellement ce modèle est insoutenable puisqu’il ne respecte pas les limites de la nature et ne se préoccupe pas des coûts écologiques des plus pauvres, des marginaux et des futures générations. Saint François d’Assise était immergé dans la société de son temps. En tant que  disciples nous sommes, nous aussi, appelés à comprendre en profondeur  le monde dans lequel nous vivons, à protéger pleinement la vie en faveur de la Création. En réponse à ce défi Jean-Paul II exige une « conversion écologique ». Comment pouvons-nous répondre à cette invitation ?

Rio de Janeiro accueillera en juin 2012 le « Rio + 20 ». De cette réunion, aussi appelée Conférence des Nations Unies (ONU) pour un développement durable, nous attendons une évaluation globale des conférences de l’ONU des années 90. Trois thèmes nous sont proposés : l’évaluation conforme aux engagements pris avec Rio 92 ; la green economy ; le plan structurel institutionnel en faveur du développement soutenable. Même si ces thèmes ne font pas parti de notre vocabulaire usuel, ils forment des concepts importants que nous devons comprendre en vue des choix meilleurs pour l’avenir.

En marge de la conférence officielle des Nations Unies, la société civile (mouvements sociaux, ONG, presse, organisations religieuses) organisent le « Sommet des Peuples Rio + 20 (People’s Summit Rio + 20). La raison de ce sommet consiste dans une vérification de l’état de notre planète. Car la pauvreté, la misère et l’inégalité structurelle persistent  et se reflètent dans les crises du milieu naturel et climatique et en sont exacerbées. On est en train de détruire notre planète et des groupes sociaux entiers deviennent marginalisés. Face à ces problèmes les gouvernements et bien des secteurs des sociétés nationales se soucient surtout à maximaliser leur profit pour la croissance économique basé uniquement en terme monétaire. Les seules valeurs qui comptent sont la croissance continue et le profit maximal. Les valeurs de solidarité et de vie en commun, le  respect pour les êtres vivants et le développement du bien commun ne sont pas pris en considération.

En réponse à ce sérieux problème, les hommes de foi savent que leur tradition religieuse est apte à inspirer une sagesse  capable à réaliser des pas concrets et pratiques, capable de faire la différence. Les scientifiques eux-mêmes se tournent vers les chefs religieux en leur demandant leur collaboration pour déceler une approche fondée sur la base de ces valeurs, pour promouvoir un style de vie plus authentique, pour faire front aux contradictions présentes en ce monde. Notre héritage franciscain nous offre d’amples ressources  pour soutenir ce projet. Nous avons les mêmes défis que François et Claire. Nous devons offrir nos services pour aider à reconnaître les signes des temps et promouvoir une vie épanouie pour chacun de nous et  tous les êtres vivants.

Beaucoup voient en François une figure originale et inoffensive, aimant les animaux et ayant une attention spéciale pour la nature. Tant de statues et de représentations du saint  le présentant en compagnie d’oiseaux et d’animaux en sont la preuve. Mais nous, Franciscains contemporains, devons aider les gens à dépasser cette image romantique pour proclamer l’intrinsèque bonté du monde créé, et se réjouir de sa beauté. Nous devons démontrer que la création est intimement liée au monde sociale, chercher des modalités pour partager les joies et les peines du monde. Les Franciscains proposent une vision profondément enracinée dans l’espérance et la joie, car la Création et le cours de l’histoire sont imprégnés de la présence de Dieu. Nous offrons une réflexion sur la crise actuelle non seulement intellectuelle, théologique et philosophique, mais aussi concrète par la prière, le style de vie, la vie en communauté, le ministère et la société. Notre tradition héritée de François et de Claire, nous invite à considérer le Créé comme frère, sœur et mère, faisant parti d’une même famille. Nous ne cherchons pas une position de pouvoir ou de commandant, mais une relation amoureuse dans l’intérêt réciproque et la préoccupation pour notre famille mondiale. Chaque crise qui menace notre famille est motif d’engagement personnel.

Récemment un petit groupe Franciscain, engagé dans le milieu de la Justice,  la Paix et  la sauvegarde de la Création,  s’est réuni pour discuter comment améliorer notre sensibilité au problème de l’écologie au sein même de notre famille franciscaine. Nous avons pris en considération la  justice écologique qui lie à la fois l’écologie et la justice sociale. La justice écologique reconnaît la relation étroite entre les concepts de la dégradation du milieu créé et les thématiques de justice, de paix et de la défense des droits des individus et des peuples. Les forces et les structures qui endommagent le milieu créé sont les mêmes qui portent atteinte aux pauvres et au marginaux. La justice écologique exige pour toute race, culture, classe sociale et niveau d’éducation un même traitement face au développement et demande une adaptation adéquate des lois et des règlements de la part de la politique écologique. Cette justice écologique favorise notre intérêt pour les êtres vivants et pour la Création.

Le comité est d’accord pour une participation nombreuse des Franciscains au Sommet des Peuples du 12 au 26 juin et à la Conférence de l’ONU Rio + 20 du 20 au 23 juin 2012. La planification pour la présence franciscaine est déjà en cours et comprend les Franciscans International, la famille Franciscaine mondiale et les Franciscains Brésiliens, responsables de l’accueil.

Certains documents éducatifs sont en préparation et donneront une introduction général aux arguments les plus importants. La réflexion souligne la vision franciscaine sur la Création, la situation écologique actuelle et propose une réponse adéquate aux problèmes. Les huit brefs documents qui suivent informent les lecteurs sur les idées principales qui seront débattues à Rio et qui ont déjà été étudiées en préparation aux Conférences. Les cinq premiers documents traitent de problèmes globaux concernant la désertification, la perte de la biodiversité, la faim, les changements climatiques, la carence d’eau douce et des services hygiéniques. Les trois suivants proposeront des solutions : la green economy, le développement à soutenir et la souveraineté  alimentaire.

Le comité a longtemps discuté sur l’implication politique de la « green economy » et le « développement soutenable ». Il est absolument nécessaire de prendre note des acteurs puissants impliqués dans ces arguments. Les puissants n’ont pas besoin de notre soutien, ils peuvent se défendre eux-mêmes. Ce sont les pauvres et les opprimés, ceux qui souffrent des effets négatifs de la dégradation du milieu, qui attendent notre aide. Une contribution importante que nous pouvons donner au débat écologique est la question : « Qu’est-ce que cela signifie pour les pauvres ? »

Cette série de réflexions est une invitation aux Franciscains du monde entier à se préoccuper des problèmes du milieu écologique et de se laisser impliquer dans la promotion de la justice écologique. Demandons-nous quelle est notre position face au problème de la dégradation de notre planète et des privations et injustices dont souffrent tant de nos frères et sœurs. La société contemporaine, nous a-t-elle éloignés du contact vital du monde vivant et de nos amis, les êtres humains ? Remercions-nous Dieu pour tous les dons reçus ? Faisons nôtre le défi de travailler ensemble avec les hommes et les femmes de bonne volonté pour aider nos frères et sœurs et sauvegarder la Création de Dieu toute entière.

écrit par fr. Joe Rozansky OFM

Advertisements
No comments yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: